Vous êtes-vous déjà demandé à quoi devraient ressembler les lunettes steampunk idéales ?

Le steampunk est un courant esthétique qui s’inspire, entre autres, de l’époque victorienne en Angleterre (1837-1901), de la guerre de Sécession aux Etats Unis (1861-1865), et du Paris de la belle époque en France (1879-1914) (voir notre article: Steampunk: définition et origines). Visuellement, le steampunk est donc une version fantasmée de la mode du XIXe siècle, voire du début du XXe siècle.

Les goggles steampunk, et par extension, les lunettes de soleil steampunk, font parties des accessoires les plus emblématiques du style rétrofuturiste. Idéalement, les lunettes steampunk devraient ressembler à ce qui se portait au XIXe siècle. Mais portait-on réellement des goggles à cette époque ? Les lunettes de soleil existaient-elles en ce temps là ? Et si c’était le cas, à quoi ressemblaient-elles ?

Commençons par les goggles (ou lunettes de protection en français). Dans l’univers steampunk, les ingénieurs peuvent être exposés à des jets de vapeur à coté des machines, les pilotes doivent faire face au vent et surtout au froid aux commandes d’un aéronef, et les inventeurs risquent d’être blessés par des étincelles ou des projections de substances dangereuses… Il n’est donc pas étonnant que les goggles soient monnaie courante pour protéger les yeux de ces multiples dangers.

Mais qu’en était-il à l’époque de la révolution industrielle ?

Les cinder goggles, ces petites cousines des goggles steampunk

Avec le boom ferroviaire des années 1840, les cinder goggles (lunettes de protection contre la cendre) ont commencé à être produites et vendues en masse. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces lunettes n’étaient pas réservées qu’aux cheminots. Les passagers les portaient également, car à l’époque, les wagons n’avaient pas de fenêtre ! D’ailleurs, les compartiments de troisième classe n’avaient même pas de toit ! Les cendres expulsées par les cheminées des locomotives à vapeur pouvaient ainsi pénétrer dans les voitures des passagers. Pour s’en protéger, ceux-ci portaient donc des lunettes de protection comme celles-ci:

Les lunettes chemins de fer sont à l'origine des goggles steampunk

Lunettes mistraliennes du 19e siècle, les ancêtres des steampunk goggles

Des lunettes steampunk ? Non, des cinder goggles du XIXe siècle !

Comme les lunettes classiques, ces lunettes de protection pouvaient posséder des branches. Cependant, celles-ci étaient plus souvent remplacées par une lanière en cuir ou un élastique afin que les lunettes soient bien ajustées et qu’elles protègent au mieux les yeux.

Si l’on en croit le catalogue d’optique de 1897 de la maison D. Latour, en France, les cinder goggles étaient appelées lunettes mistraliennes lorsqu’elles avaient des branches ou lunettes chemins de fer lorsque ce n’était pas le cas. Les verres pouvaient être blancs, bleus ou fumés.

En voiture, Simone ! Mais mets tes goggles.

Sherlock holmes et son fidèle acolyte, le docteur Watson, portent tous les deux des goggles qui ressemblent à des lunettes steampunk dans cette scène du film Sherlock Holmes: Jeu d’ombres sorti en 2011:

Sherlock Holmes et John Watson portent des goggles steampunk

John Watson (Jude Law) et Sherlock Holmes (Robert Downey Jr) au volant d’une automobile

L’intrigue du film se déroule en 1891, mais il devait être peu courant de porter des lunettes de protection au volant d’une automobile à cette époque. D’une part, c’était considéré comme inesthétique, surtout pour les dames. D’autre part, c’était relativement inutile, vu que les vitesses des engins motorisés ne dépassaient pas les 15-20 km/h. Il faudra attendre le début du XXe siècle pour voir apparaître des modèles plus rapides. Et ce n’est donc qu’au début des années 1900 que les automobilistes se mettront à porter fréquemment des goggles. Celles-ci seront alors considérées comme une absolue nécessité pour le confort de conduite et la sécurité. C’est en tout cas ce qu’affirme Sir Alfred Charles William Harmsworth dans Motors and Motor-driving, son guide sur la conduite automobile paru en 1904 (pages 67 et 73 pour les curieux).

Les lunettes d'aviateur, éléments incontournables de la panoplie du pilote du XXe siècle

Après les débuts de l’aviation en 1903, les goggles sont rapidement devenues une nécessité pour les pilotes. En effet, il fallait qu'ils protègent leurs yeux du vent mais surtout du froid extrême régnant à haute altitude. La mésaventure de Rudolf William "Shorty" Shroeder est là pour nous le rappeler. Le 27 février 1920, ce pilote d’essai de l’armée américaine a établi un record d’altitude de 10000 mètres à bord de son Packard-LePère LUSAC 11. A ce moment, sa réserve d'air s’épuisa, et il fit l'erreur de soulever ses lunettes pour changer sa bouteille d'oxygène. Le thermomètre affichait une température de -55°C et ses globes oculaires furent instantanément gelés. Shorty Schroeder perdit connaissance à cause du manque d'oxygène. Il reprit conscience avant le crash et réussit miraculeusement à poser son appareil, alors qu'il était presque aveugle.

Les goggles steampunk ont donc un ancrage historique réel. Cependant, nous avons vu que l’utilisation des goggles au XIXe siècle était plutôt limitée au transport ferroviaire.

Même si j’imagine que peu d’entre vous mettaient en doute l’existence des goggles au XIXe siècle, nous allons voir qu’en ce qui concerne les lunettes de soleil, la question est légitime.

Les lunettes de soleil sont devenues des accessoires de mode… au XXe siècle !

Regardez la photo ci-dessous. Elle fut prise en 1906 sur une plage d’une ville côtière aux Etats-Unis. Comme vous pouvez le voir, les lunettes de soleil se faisaient plutôt rares au début du XXe siècle. Parmi les centaines de personnes présentes, je n’en ai repéré qu’une seule qui en portait (peut-être aurez-vous plus de chance ?). Visiblement, les gens préféraient les chapeaux ou les ombrelles, qui sont omniprésents.

Une plage d'Atlantic City en 1906

Atlantic city, 1906 (cliquer sur l’image pour voir sa version complète et agrandie)

En 1929, c’est sur cette même plage d’Atlantic City que Sam Forster vendra les premières lunettes de soleil de sa marque Foster Grant. En 1930, tout le monde se les arrache. La mode des lunettes de soleil était née. Mais avant cela, les lunettes de soleil étaient-elles donc si rares que cela ? Les lunettes steampunk solaires s’inspirent-elles vraiment de la mode du XIXe siècle ?

Saviez-vous que les ancêtres des lunettes de soleil avaient été inventés par les eskimos ?

Les ancêtres de la tribu Inuit, ce peuple vivant dans les régions arctiques, sont à l’origine des premières lunettes "Glacier". Pour éviter la cécité des neiges causée par l'exposition non-protégée des yeux aux rayons du soleil (et amplifiée par la réverbération des rayons du soleil sur la glace et la neige), ils fabriquaient des lunettes protectrices à partir d’une plaque sculptée dans de l’ivoire de morse, des os, ou des bois de caribou. Ces lunettes étaient parfaitement ajustées sur le visage de façon à ne laisser passer la lumière que par les fentes prévues à cet effet. L'extérieur des lunettes était enduit d’un mélange de suie et d'huile autour des fentes afin de limiter au maximum l'éblouissement.

Les lunettes de soleil ancestrales des Inuit étaient en ivoire

La première apparition de ces lunettes remonte à 2000 ans, et les Inuits qui pratiquent la chasse de manière traditionnelle les portent encore de nos jours.

L’invention des lunettes de soleil

Les lunettes à verres colorés apparaissent pour la première fois en Chine au XIIe siècle. Les yeux sont le miroir de l’âme, dit-on. Et bien les juges chinois portaient des lunettes teintées pour masquer leurs émotions lorsqu’ils exerçaient leur métier.

En 1459, le scientifique portugais Nuno Fernandes fait importer d’Italie une paire de lunettes à verres colorés pour les utiliser lorsqu’il monte à cheval dans la neige. Il s’agit probablement de la première mention documentée d’une utilisation de lunettes pour se protéger des reflets du soleil.

En 1752, les verres correcteurs bleus ou verts ont commencé à devenir populaires en Europe grâce à James Ayscough. Cet opticien anglais était convaincu que ces verres étaient de meilleure qualité que les verres blancs, et qu’ils avaient des vertus apaisantes. Beaucoup pensaient également que les verres colorés pouvaient corriger certains problèmes de vue.

Pendant des siècles, la fonction première des lunettes à verres colorés restera d’ordre thérapeutique. Ce n’est qu’à partir du milieu du XIXe siècle qu’émerge le concept de lunettes de soleil tel qu’on l’entend aujourd’hui.

On retrouve les premières références au terme « lunettes de soleil » (sunglasses en anglais) dans des journaux américains des années 1840. Dans l’édition du 23 octobre 1841 du journal The North-Carolinian est parue une annonce pour une boutique appelée « The Subscriber ». Parmi toute la liste d’objets divers et variés dont ce magasin faisait la publicité, on retrouve des lunettes de soleil (Sun Glasses dans le texte). D’autres vendeurs comme W.H. Cary & CoE. Samsom, ou W. W. Wesser & Co ont passé des annonces similaires dans d’autres journaux des Etats-Unis à la même période.

La première publicité illustrée pour des lunettes de soleil

Publicité pour lunette steampunk ? Presque: pour lunettes de soleil avec coques datant de 1917

Les premières publicités illustrées américaines pour des lunettes de soleil, dans The herald en 1898 et Evening star en 1917

Les lunettes syphilis, mythe ou réalité ?

Au XIXe siècle, la syphilis était aussi fréquente que le rhume en Europe. Elle a d'ailleurs affecté de nombreux illustres personnages de l'époque, comme Flaubert, Stendhal, Baudelaire, ou Maupassant (en raison de leur mode de vie débridé, les écrivains faisaient partie des groupes à risque pour cette maladie vénérienne).

Il existe une croyance très forte selon laquelle des lunettes de soleil étaient prescrites aux patients syphilitiques qui souffraient de photophobie (sensibilité à la lumière) lorsque la maladie touchait la région oculaire. On raconte même qu'elles allaient souvent de paire avec un faux nez métallique, destiné à camoufler un nez en lorgnette. Pour voir de quoi je parle, vous pouvez visionner l'épisode 3 de la première saison de la série The Knick. Attention, âmes sensibles s'abstenir.

Cependant, le nez en lorgnette est une affection qui ne peut toucher que les personnes atteintes de syphilis congénitale, et les textes médicaux de l’époque ne font aucune mention de l’utilisation de lunettes pour traiter la photophobie des patients syphilitiques. Il s'agit très certainement d'un mythe.

Les verres bleus étaient les plus populaires au XIXe siècle

En 1854, l’anglais Robert Hunt découvre qu’un faisceau lumineux passant à travers une lentille bleue est capable de magnétiser l’aiguille d’une boussole. Aucune autre couleur de lentille ne permet d’obtenir ce résultat. Suite à cela, on attribuera aux verres bleus des pouvoirs mystiques, et ils deviendront très populaires.

Plus tard, en 1871, le général américain A. J. Pleasanton démontre que la lumière du soleil filtrée par un verre bleu foncé stimule la croissance des plantes et des animaux. Beaucoup conclurent que porter des lunettes à verres bleus ne pouvait être que bénéfique pour l’oeil humain.

Selon J. William Rosenthal, ces raisons expliquent pourquoi les verres bleus étaient si répandus au XIXe siècle.

Portrait d'un gentleman portant des lunettes Railway à 4 verres bleus en 1807

Portrait d’un Gentleman avec des lunettes à verres bleus par John Wesley Jarvis, 1807

Les formes des montures et des verres de lunettes au XIXe siècle

Pendant les premiers siècles d’existence des lunettes, les verres étaient ronds. Entre 1810 et 1830, les verres ovales, plus légers, se sont peu à peu imposés sur le marché américain. Puis ce fut le tour des verres rectangulaires et octogonaux dans les années 1840, jusqu’à ce que les verres ovales reviennent en vogue dans les années 1850.

Les montures étaient généralement en métal (fer, argent, or, acier ou autres alliages), mais certaines étaient fabriquées à partir de carapaces de tortue ou de cornes de mouton. Celles-ci étaient plus légères, mais elles se cassaient facilement. C’est pourquoi elles ont disparu de la circulation dans les années 1860.

Bésicles ou pince-nez (lunettes sans branche), avec des branches droites ou incurvées… comme pour les verres, les formes des montures étaient diverses et variées.

En l’espace d’un siècle, différentes modes se sont ainsi succédéDès lors, de nombreuses formes de lunettes ont existé au XIXe siècle, comme en atteste ce catalogue paru à la fin de la période 1800-1899.

Deux modèles se démarquent cependant en étant très originaux: les lunettes à coques et les lunettes à 4 verres:

Lunettes de soleil à coques du XIXe siècle, dont s'inspirent les lunettes steampunk d'aujourd'hui

Un militaire américain portant des lunettes steampunk des lunettes de soleil à coques en 1863

Exemple de lunettes steampunk à 4 verres du XIXe siècle

Captain Thomas B. Griffith, engagé volontaire pendant la guerre de Sécession, avec des lunettes à 4 verres

Différentes types de lunettes du XIXe siècle ayant inspirées les lunettes steampunk

Quelques exemples de designs de lunettes du XIXe siècle, d’après le catalogue de la maison D. Latour

Protégez vos yeux avec nos lunettes de soleil steampunk !

Au-delà de l'aspect esthétique, les lunettes de soleil servent avant tout à protéger ses yeux contre les rayons ultraviolets (UV) émis par le soleil. En cas d'exposition prolongée, les UV ont des effets nocifs sur les yeux: ils peuvent provoquer des kératites (inflammation de la cornée), et favoriser l'apparition de la cataracte et de la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Les UV traversent l'atmosphère même par temps froid ou nuageux. Il ne faut pas les confondre avec les rayons infrarouges, qui eux sont responsables de la sensation de chaleur procurée par le Soleil.

La mention Protection UV400, dont sont pourvues toutes nos lunettes de soleil steampunk, indique que les verres ont été traités de façon à filtrer l'ensemble des rayons ultraviolets (UVA, UVB et UVC), dont le spectre va de 10 à 400 nm.

La filtration des UV est indépendante de la couleur ou du degré de teinte des verres.

Ou trouver des lunettes steampunk pas chères ?

Le problème des goggles steampunk, c’est qu’en dehors des photoshoots et des conventions, on a quand même peu d’occasions de les porter. C’est pour cela que personnellement, je leur préfère les lunettes de soleil steampunk. Dans la vie de tous les jours, elles restent le meilleur moyen de témoigner discrètement notre amour du genre.

Trouver des lunettes steampunk dans des boutiques physiques relève du domaine de l’impossible. Il n’y a pas d’autre choix que de se tourner vers une e-boutique comme la notre. Chez nous, un étui de protection est inclus avec chaque paire de lunettes steampunk, et la livraison 48h est offerte vers la France métropolitaine. Que demander de plus ?

Si vous avez aimé cet article, partagez-le avec vos amis 😎